21/09/2007

Trop plein...

Mon cousin apparaît en ligne.

De toute évidence, il ne l'est pas.  Il ne répond pas.  Je sens que je vais en profiter.  J'ai de moins en moins envie d'écrire ici, quand je vois qui me lit ou d'où on me lit. 

Je lui raconte ce que j'ai vu hier, lui commente le spectacle et les musiciens qui m'ont touchée, ou pas.

Je lui dis aussi combien parfois la vie semble injuste vis-à-vis de certaines personnes, frappées par la maladie ou juste la malchance.  Qu'il faut se battre et garder la tête haute et que bien souvent, je n'y parviens pas.

H. me dit qu'il a bien de la chance de m'avoir.  Je le regarde un peu incrédule parce qu'à part l'aimer, je n'ai pas cette impression de faire avancer les choses et de pouvoir lui redonner le moral quand il baisse. Et moi, alors...  Quelle chance j'ai de l'avoir lui.  Il est tellement ***** avec moi (je trouve pas le bon mot). 

Sinon, le boulot est une véritable partie de plaisir.  Mais quelle importance cela a-t-il en fin de comptes?  J'ai l'impression d'y vivre dans une espèce de bulle qui me protège.  Une bulle d'auto-persuasion, de protection, ouatée.

Bien sûr, il y a des craquelures, de temps en temps.  Ca touche (bravo!).  Puis ça se referme, comme ça s'est ouvert, ou presque.  Reste une cicatrice, de plus en plus infime.  Bientôt, il n'y aura plus rien.  Plus de cicatrices, plus de craquelures et surtout...  plus de bulle.

Mois de septembre riche en sorties culturelles.  Un concert de Cave Canem qui m'a replongée en 10 secondes dans un petit village de la Drôme que j'affectionne particulièrement.  J'ai dû écraser une larme en pensant combien j'étais fière de le connaître.  Pas le village, mais lui, surtout.  Sur scène, en huis clos, tu es vraiment extraordinaire.  Merci encore.

P1030682P1030685P1030689

 

 

 

 

 

'Etrange Mister Knight', ensuite, au Palace.  H. voulait me faire découvrir ce spectacle qu'il avait vu à la création, il y a déjà quelques années.  Atmosphère fantastique des films muets avec un pianiste assez exceptionnel.  En rencontrant le comédien principal, j'ai pu voir combien le maquillage était impressionnant.  Méconnaissable.

Hier, Atelier 210.  Endroit qui m'est très cher puisque j'y ai rencontré à peu de choses près mon amoureux. 'Wild Party' nous plonge dans le N-Y des années 30 où les blancs viennent de découvrir la musique jazz.  Je trouve décidément que Benoît Verheart est un comédien hors paire.  C'est la troisième fois que je le vois sur scène et il laisse toujours quelque chose quand on quitte.  Contente de l'avoir rencontré.

P1030803

P1030795

P1030763  

 

 

 

 

Samedi, ce sera une mise en scène de lui que nous irons découvrir.  'Pensées Secrètes' .

Papa est en Italie, dans la maison où il est né.  Il bricole, se repose, se resource.  J'ai envie d'y être moi aussi.

Lélé est dans la désert chilien où elle mange enfin bien, me dit-elle sur la toile.  Périple intéressant, apparemment.  Trekking en hauteur, voyage épuisant en bus.   Elle me manque.

Pour le reste, juste pour toi : picoti picota!  Keep smiling... Mort de rire

12:40 Écrit par Rutabi dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Passe un bon weekend ben et les commentateurs comptent pour du beurre ?

Bon weekend et repose toi ...

Écrit par : Fanchon | 21/09/2007

"ne faire qu'aimer quelqu'un", c'est déjà beaucoup beaucoup beaucoup je crois....
Passe un bon w.end :-)

Écrit par : | 21/09/2007

Coucou Bella que c'est gai de te lire comme ça :)
passe un super beau we
gros bisouuus

Écrit par : bio | 23/09/2007

:-)

Écrit par : Cri | 27/09/2007

pensées secrètes , les dévoiler et
craindre de ne plus avoir de secrets à dévoiler

Écrit par : gabri | 04/05/2011

Les commentaires sont fermés.