13/06/2007

Malade

cheminée

Hier matin, je me suis réveillée les mains sur le ventre.

J'ai mal. Je redoute la gastro que certains ont déjà eue...

Je file au boulot, tant bien que mal.

Je le quitte en matinée pour me rendre chez mon médecin traitant qui diagnostique ce que je craignais. Arrêt jusque vendredi compris.

Je mets au courant H., qui passe un casting toute la journée.

Il me rejoindra en début de soirée, un bouquet de roses à la main et des bisous en veux-tu en voilà.

Il me fait du bien. Sa présence m'apaise.

Tous les jours, je réalise l'aubaine que j'ai eue de le rencontrer, Lui.

J'avais dit que je ne me poserais pas de questions pendant un mois. J'ai prolongé... sans date de fin, cette fois.

Pour le reste, j'ai eu S. au téléphone qui est déjà en Italie dans sa tête.

On parle de tickets, de voyage, de dates précises.

J'aimerais tant qu'Il soit là, qu'il puisse découvrir une partie de mes racines.

On verra.

Mon boulot me pèse beaucoup moins qu'avant. L'ambiance y est acceptable et si elle ne l'est pas, je parviens à relativiser les choses.

Là, je file (avec chauffeur) chez le médecin conseil!

10:31 Écrit par Rutabi dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

il est plus facile de relativiser quand on sait qu'il y a quelqu'un qui s'intéresse à nous, autre que la famille ou les amis...quelqu'un qui est là "pour nous" finalement.

Écrit par : | 13/06/2007

Les commentaires sont fermés.