27/03/2007

Il est parti...

La porte a un peu claqué mais il ne l'a pas touchée.

Je suis restée dans le hall, la bouche ouverte et les bras ballants, un temps.


J'ai entendu ce qu'il a dit avant mais je trouve son discours contradictoire, parfois.

Ce matin, j'avais adoré ce tour en moto dans la ville, je la voyais autrement.


Il m'a demandé si je tenais à lui. Comment lui dire un grand oui dans les conditions des derniers jours? J'ai répondu 'Je ne sais pas'. C'était la réponse la plus honnête que je pouvais donner dans l'instant. Oui, bien sûr que je tiens à lui. Non, je ne peux pas vivre comme ça.


Je suis faillible. Beaucoup moins forte qu'il ne l'imaginait sans doute.

Mais je suis incapable de supporter ses angoisses en plus des miennes.

Je peux écouter, rassurer, comprendre beaucoup de choses, trouver des excuses, consoler.

Mais je suis loin d'être un pilier inébranlable si un nouveau stress m'atteint tous les deux jours.

Je ne fais que m'enfoncer moi-même et me torturer à coup de questions et d'incertitude.


J'ai passé mon après-midi à grelotter, dans mon lit, les yeux grands ouverts, nauséeuse.


Lélé a appelé.


Je ne suis sûre que de deux choses :

Je ne suis pas heureuse.

Il est parti...

21:49 Écrit par Rutabi dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

p'tit coucou pfff c'est compliqué parfois
gros bisous

Écrit par : bio | 31/03/2007

Les commentaires sont fermés.