31/08/2006

Egocentrique, moi?

Il m'est déjà arrivé d'annuler un rendez-vous, malheureusement.

Je l'ai fait pour deux raisons.  La première parce qu'étant dépressive, je n'avais aucune envie de voir des gens, mal dans ma peau, etc.  Je considère que c'est une bonne excuse même si je sais que tout le monde ne la comprend pas.

La seconde raison est que je n'ai pas envie de voir la personne et, par lâcheté, j'annule pour une mauvaise excuse.  Il m'est arrivé d'être lâche une fois, donc, avec un type que je n'avais finalement aucune envie de voir.

Tout ça pour dire que je déteste qu'on annule un rdv à la dernière minute (quand on prévient!) pour une mauvaise excuse.

Il m'est déjà arrivé d'attendre toute une soirée devant ma télévision sans que rien ne se passe.  L'intéressé avait certes une bonne excuse, mais n'avait pas jugé bon de me prévenir.

La dernière fois, l'intéressé se demandait s'il n'avait pas un truc avec X., ne savait plus très bien.  Début d'après midi, je m'inquiète donc de savoir si c'est X. ou moi.  'Aucune des deux'.

Je me sens comme la cinquième roue du carosse, le bouche-trou de service.

'C'est tout à fait faux.  Mais on ne sait pas changer les pensées des gens'

'De fait, malheureusement.'

Une chose est certaine, je ne proposerai plus rien.

 

Alors, je me demande si les gens sont vraiment comme ça ou si c'est moi qui me fais des idées.  Ca me perturbe un peu, en fait.

 

Ce qui me perturbe aussi, c'est une conversation Msn que j'ai eue avec M.  Je lui ai demandé si enfin elle allait me dire pourquoi du jour au lendemain, elle avait tourné les talons sans aucune explications.

Elle me l'a dit.  Je suis tombée de haut.  De haut parce que son plus gros reproche, même si, me dit-elle, tout ça n'est que de petites choses, est que je suis, sinon égoïste, tout à fait égocentrique.

L'explication qu'elle m'a donnée ne m'a pas convaincue.  Je ne la comprends pas vraiment.  Quand j'y pense, je pourrais lui reprocher les mêmes choses, mais je ne l'ai pas fait car, partant du postulat que M. est mon amie, il m'est impossible d'accepter qu'elle puisse avoir une idée malveillante sur moi.

 

Je trouve qu'il faut se battre dans beaucoup de domaines, trop...  Et que l'amitié est une valeur sûre.  Il me faut du temps pour la donner et pour faire confiance, mais quand c'est fait, c'est fait.  Je peux être déçue évidemment, me tromper sur les gens, c'est certain.

Mais jamais je ne pars du principe qu'une réaction que je ne comprends pas, venant d'une personne que j'aime, est systématiquement malveillante.

Mettre en doute ma loyauté en amitié me fait mal.

Vu de l'extérieur, je peux à moitié comprendre ce qu'elle a pu ressentir.  Mais là, c'était moi, inconditionnelle.  Comment a-t-elle pu entrevoir ce qui n'était pas?

 

 

Sinon, pour le reste, le tralala quotidien.  Boulot, bouchons, télé, dodo.

Je veux changer de boulot, je n'en ai pas encore parlé ici.

Il est juste temps.  Ce qui m'attirait et me plaisait dans mon travail actuel n'est plus et je ne trouve plus grand-chose qui m'y satisfasse.

 

Je viens de passer une année de merde à tous les niveaux, ou presque.

J'ai envie de recommencer autre chose, maintenant.

Le problème est que j'ai envie dans certains domaines de reprendre les mêmes acteurs.  Et ça, je prends conscience petit à petit que ce ne sera pas possible...

 

19:02 Écrit par Rutabi dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

de passage Je te souhaite de réussir dans tes projets, Bonne chance.

Écrit par : sodeva | 31/08/2006

coucou je crois qu'on est un peu pareil.....en amitié ( comme en amour ) suis une intégriste ;)) moi c'est tout ou rien ,je pourrais me faire tuer pour un ami ( ou un amour ...) enfin clair que faut pas faire de mal à ceux que j'aime (qui sont peu nombreux...mieux vaut la qualité que la quantité ;)))
suis contente ,on dirait que tu vas mieux :) oui changer de boulot parfois c'est necessaire ,je te souhaite de trouver qq chose qui te convienne
bonne fin de we et gros bisous

Écrit par : bio | 03/09/2006

Les commentaires sont fermés.