30/04/2004

Vendredi 30 avril 2004

Rien de très spécial, aujourd'hui.
 
J'avais un rendez-vous à 10h00 pour une enquête consommateur.
 
Je suis allée faire un tour ensuite au shopping pour m'acheter mon spray Piaubert et ma lyposine. Ca me donne bonne conscience, avec tout ce qui traîne dans mon frigo.
 
Ensuite, banc solaire. J'y ai reçu un brin de muguet. Sympa, non?
 
Puis, j'ai voulu aller chez mon coiffeur, mais il était full. Dommage...
 
Ensuite, rentrée ici. Blabla sur Msn. Je voulais nettoyer tout l'appart. Je n'ai su faire que ma cuisine à fond.Je ferai le reste demain matin.
 
Eh ben!! On dirait que Lynda Lemay ne vous a pas inspiré dans vos commentaires...
 
Bonne soirée.

20:15 Écrit par Rutabi | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

La cassette Vidéo


 
(Petite pensée émue pour Biogénétique)
 
 

Gonflée comme une baleine
Echouée dans mon salon
Rentrée dans mes bas d'laine
Jusqu'au double-menton
J'étais dans un dilemne
Est-ce que j'le fais ou non?
Et ça faisait des semaines
Qu'j'me posais la question

Quand on passe la trentaine
Faut qu'on passe à l'action
Mais comme on s'trouve vilaine
On reste à la maison
J'rentrais plus dans mon linge
L'ultime solution
C'était de faire le singe
D'vant ma télévision


J'ai acheté la cassette
Le fameux vidéo
Avec trois filles parfaites
Qui suivent le même tempo
J'suis allée en cachette
J'suis revenue en auto
Toute équipée de serviettes
Et de grandes bouteilles d'eau

J'm'imaginais déjà
En patin à roulettes
Le p'tit top en lycra
Moulée sur ma silhouette
Légère comme une ballerine
Droite comme une majorette
Avec mes shorts en jean
Mes pads et mes deux couettes


Mais au bout d'un quart d'heure
A suivre leur exemple
Etendue dans ma sueur
Et tordue par les crampes
Il m'a fallu admettre
Qu'elles avaient du mérite
Les trois jolies minettes
Et leurs fesses en granit



Mais n'abandonnant rien
J'ai repris de plus belle
Le redondant refrain
De leur chanson cruelle
Allez 1, 2, 3, 4
Allez, un peu plus haut!
Les joues comme des tomates
Les seins comme du jello
J'm'imaginais déjà
Le nombril dans les pages
Des calendriers qu'y a
Sur les murs des garages
Musclée comme une athlète
Mouillée comme une sirène
Avec des p'tites gouttelettes
Sur ma jolie bedaine

Après, c'est sur le dos
Qu'il fallait que j'm'étende
Moi qui rêvais d'repos
J'étais plutôt contente
Jusqu'à ce qu'elles disent les mots
Que j'voulais pas entendre
"Pour les abdominaux, faut...
Soulever les jambes"

 

J'vibrais comme une auto
Dû pour un alignement
Quand soudain mes rideaux
M'ont semblés transparents
J'tais sûre que mes voisins
M'observaient en riant
Sacrer comme un païen
Baver comme un volcan


J'm'imaginais déjà
Couchée sur une civière
La tête en-d'ssous du drap
Les ch'veux dans la glissière
Un p'tit mot dans l'journal
Disant qu'on m'a trouvée
En position foetale
Au pied de ma télé...


Bien sûr, très rapidement
Pendant qu'ces demoiselles
Continuaient en souriant
De jouer à la sauterelle
J'râlais sur mon divan
Avec un Seven Up
Et j'crois qu'c'est en rotant
Que j'ai pesé sur "Stop"


Et ma précieuse cassette
Repose depuis ce jour
A plat sur une tablette
Avec des 33 tours
Quand j'commence à m'sentir
Serrée dans mes vêtements
Regardez-moi courir...
En acheter des plus grands !
 
 
La cassette vidéo
Imprimer la chanson La cassette vidéo de Lynda Lemay à partir d'une fenêtre en mode texte Envoyer le texte La cassette vidéo de Lynda Lemay à un ami
Paroles et Musique: Lynda Lemay


00:22 Écrit par Rutabi | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

29/04/2004

Epoustouflante


 
J'suis arrivée une bonne demi-heure
plus tôt que l'heure d'mon rendez-vous
le temps d'être sûre de la couleur
pour ne pas regretter après coup
le temps d'fouiller dans les revues
pour découvrir Claudia Schiffer
les bras en l'air à moitié nue
bien entendu belle comme un cœur
c'est alors que j'ai eu un flash
j'ai dit "c'est comme elle que je les veux"
mon vieux faut pas que tu me les gâches
ce soir je vois mon amoureux
j'ai insisté sur la longueur
y a dit "du calme chère cliente
soyez tranquille, ayez pas peur
je vais vous rendre époustouflante"


il a dit je connais mon art
laissez-moi faire, vous allez voir
je vais vous faire un look d'enfer
on va vous prendre pour une star
il semblait tellement convaincu
que je lui ai dit "je te fais confiance"


j'ai pris place avec ma revue
en essayant d'garder l'silence
morte de trouille avec ma cape
et ma serviette autour du cou
j'ai subi la fameuse étape
du casque de bain avec des trous

messieurs vous avez pas idée
vous qui passer chez le barbier
vous faire donner un coup d'ciseaux
avant d'retourner au bureau
de ce qui faut que l'on endure
et de combien on s'humilie
lorsque l'on risque notre chevelure
comme s'il s'agissait de notre vie
aux mains de c'que l'on appelle une "tante"
qui jure que l'ovale de notre visage
exige telle ou telle permanente
et puis tel ou tel balayage
oui vous qui n'êtes que témoin
de notre retour hystérique
la tête comme une botte de foin


et l'porte-feuille anorexique
vous qui avez la lourde tâche
de réprimer votre fou rire
pendant qu'on s'cache
dans la salle de bain et qu'on refuse de sortir
j'en était donc au casque affreux
qui me retombait sur les yeux
quelle fâcheuse position
pour apercevoir dans le salon
ma grande voisine de six pieds un
avec sa jupe et son parfum
qui s'en vient s'écrier "salut
Lynda j'tai presque pas r'connue"
puis j'ai eu droit aux bigoudis


"c'est juste pour donner plus de corps"
que la fofolle m'avait promis
avant que je passe au séchoir
il avait simplement omis
d'me dire que j'aurais l'air d'avoir
d'la parenté en haiti
c'était crépu quelque chose de rare


enfin comble de désespoir
les mèches blondes sont sorties rousses
le tour d'oreille fait au rasoir
fallait que j'attende que ça repousse
ce qu'y a pire dans mon histoire
c'est qu'après mon passage à la caisse
j'ai dit "merci beaucoup, bonsoir"
comme la reine des épaisses
je suis revenue en beau maudit
epoustouflante qu'il m'avait dit
ben pour epoustoufler ça oui
j'époustouflais en jésus Christ
je me suis étudiée dans le miroir
en petite culotte en levant les bras
j'ai jamais réussi à voir
la ressemblance avec Claudia
j'ai annulé mon rendez-vous
de peur qu'le gars soit asthmatique
y aurait pu crever sur le coup
a peine passé le portique
j'ai juré que plus jamais de ma vie
j'aurais recours à un expert
au diable l'art, vive les tony
les beaux permanents de ma mère


 

Epoustouflante
Imprimer la chanson Epoustouflante de Lynda Lemay à partir d'une fenêtre en mode texte Envoyer le texte Epoustouflante de Lynda Lemay à un ami
Paroles et Musique: Lynda Lemay   1999  "Lynda Lemay live"






23:22 Écrit par Rutabi | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Lynda Lemay

J'ai vraiment envie de vous faire partager certains textes de Lynda Lemay.  Je sais que ça plaît pas à tout le monde, mais c'est mon blog à moi......

22:50 Écrit par Rutabi | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Elle est bien là...


 
La culpabilité........

22:13 Écrit par Rutabi | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Faire les courses quand on a faim!!!

Ben voilà, c'était bombance!!!!!  J'ai bien mangé, tout ce dont j'avais envie.
 
Me reste plus que le dessert...
 
 
Et les AF!

20:26 Écrit par Rutabi | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Photo de S.


 
Cette photo a été prise par Mon S., de mon blog.  Il trouve inutile de mentionner son nom en entier ici mais je vous ferai signe dès que son site photos sera à jour.
J'admire beaucoup son oeil et, surtout, cette manière (qui me dépasse complètement) de jouer avec la technique comme si celle-ci n'était qu'un détail.

16:26 Écrit par Rutabi | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |