04/11/2009

Voilà

Je suis malade.

Je suis fatiguée.

Je suis triste.

Je déborde de fierté pour ma fille.

Je déborde, aussi.  Tout court.

Je suis jalouse, parfois.

J'ai une mémoire de merde.

Et il y a des choses que jamais, pourtant,  je n'oublierai.

Voilà

20:53 Écrit par Rutabi dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

17/10/2009

Question

Encore écrire ici?

Ou pas?

13:02 Écrit par Rutabi dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

12/10/2008

:-)

Echo 2 regard

20:57 Écrit par Rutabi dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

25/06/2008

Tout ce temps...

P1060702

 

Tellement bizarre parfois, ce phénomène de blog.

En ce qui me concerne, je ressens davantage le besoin d'écrire quand je vais mal, que je dois me plaindre.  Sans doute aussi pour que certains commentaires me remettent à ma place ou bien avoir cette vague impression d'être moins seule.

Là, je ne vais pas mal, je ne ressens aucunement l'envie de me plaindre.  Je nage dans une mer sereine, avec H..  Le dire et l'écrire tous les jours ici me paraît redondant.  Faire une rétrospective ciné, c'est pas mon genre non plus, j'y vais tellement rarement.

Je n'ai pourtant aucune envie que ce blog disparaisse dans les méandres de la toile à jamais.  Il fait partie de moi et retrace mes essais-erreurs, mes peines, mes si grandes déceptions et quelques joies aussi, parfois.

Que dire, alors? Je n'en sais rien.

Je suis en vacances du premier au 28 juillet, je vais y penser.

Je reviendrai. 

10:28 Écrit par Rutabi dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

28/03/2008

 

P1050911_modifié-1

 

Oui, je suis toujours en vie.

Si, si... Mes caisses sont complètement vidées...

J'étais bien lancée sur mon blog, je dois dire... Je commençais une sorte d'histoire avec suite au prochain épisode.

Une panne internet a eu raison de cet enthousiasme.

Elle n'a duré qu'une semaine, certes, mais à force d'aller consulter mes mails dans un 'webshop', j'ai perdu le fil.


Que dire? Que je n'ai plus trop envie de vous parler de notre déménagement. Juste qu'il a duré longtemps et qu'il nous a coûté beaucoup plus cher que prévu (presque le double!).

Juste envie de vous dire que nous y sommes biens, dans ce bel appartement. Tellement biens parfois qu'il nous est difficile de le quitter pour aller faire un tour, au cinéma, etc.

Notre crémaillère est pendue. Beaucoup de stress de ma part car rien ne s'est vraiment passé comme prévu mais un certain plaisir, voire une certaine fierté de montrer notre chez-nous, qui a plu sans conteste à tout le monde.


Vous dire aussi que je l'aime et qu'il me le rend bien. Que je me sens vraiment heureuse.

Heureuse même si je suis un peu mal dans mes pompes en ce moment. J'ai tout le temps envie de manger et je le sens dans mon jeans. Grrrrrrrrrrrrr, horreur malheur! Je déteste cette sensation.

Je n'ai plus trop de contrôle, mais ça va passer...


Me suis réinscrite aux réunions WW. Ca me fera peut-être du bien, même si je n'ai pas pu y aller cette semaine, vu le boulot. La coach a l'air chouette. On verra.

Ah oui! On va avoir un petit chat, aussi... Une petite Babette! Dans quelques semaines...


Même si c'est un peu en contradiction avec ce que j'ai dit plus haut, je ne suis jamais allée autant au cinéma, aussi.

Voir 'Les Ch'tis', entre autre, que je vous conseille. Je suis très mauvais public, je dois le dire, mais je suis partie dans une crise de fou-rire que j'ai eu du mal à maîtriser.

'Juno', merveilleux mélange entre rires et émotions en tout genre.

Et 'Paris'. J'aime beaucoup Klapish en général. C'est peut-être ça... J'en attendais trop, j'ai été déçue. Des passages très longs qui amènent à de tous petits merveilleux moments...

Ceci dit, moi qui n'aimais pas trop Binoche, j'ai changé d'avis.

Sinon, boulot, boulot... Beaucoup de situations qui mettent mes nerfs à rude épreuve. Mais c'est un peu la routine avec ce genre de job.


En résumé, tout va bien. Je l'aime, il m'aime. Et le reste... On s'en fout un peu.

Même si...

Grosses pensées ici pour :

M., qui traverse de nouveau une période difficile. Je suis (trop?) dure avec elle, je dis souvent ce que je pense sans trop faire attention, surtout si la situation m'énerve.

M-L, j'espère que tout ira bien.

Et H., il sait pourquoi, même si je n'en parle pas.   Et pour tout le reste.

10:45 Écrit par Rutabi dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

16/02/2008

LE Déménageur... part 1

H. les avait adorés! En trois heures, tout était fait. 'Ils sont payés à l'heure, mais ce n'est pas du genre à traîner... Ils connaissent leur métier. Franchement, si tu n'as pas d'autres idées, je vais les contacter...' 'Ok', avais-je répondu. Après tout, je ne suis pas experte en déménagements, encore moins en déménageurs...

Rendez-vous fut pris chez moi car le déménageur connaissait l'appartement d'H. et la grande question était de savoir si je devais démonter mes garde-robes ou pas...

Il (appelons-le Y.)arrive, fringant, reçoit deux coups de fil pendant sa visite et la termine, confiant, en nous annonçant que si les garde-robes entrent entières dans le nouvel appartement, il ne faut pas les démonter, vu que son camion est grand, très grand, même... Aucune crainte à avoir.Avant de partir, il annonce ses tarifs en grommelant...

Nous sommes rassurés. J'avais peur qu'en démontant le tout, nous y perdions des plumes et des morceaux...

Je vous passe l'épisode des caisses, qui s'empilent, s'entassent en murs, en cloisons, en tables...

Le tout serait empaqueté pour le dimanche, jour J.

Le mercredi qui précède, Y. nous appelle... Juste pour dire que le haillon de son beau et grand camion a un petit souci et est en réparation, qu'il devrait le récupérer en bon état de marche le vendredi soir.

L'opération garde-robes se termine. S'il ne faut pas les démonter, il faut au moins les faire sortir de la chambre et les entreposer dans ce qu'était mon living, avant...

Nous sommes samedi, le stress monte.

Téléphone : Y.   Son camion n'est pas réparé... Mais quand il donne sa parole, on peut compter sur lui! Il va donc chercher un camion un samedi à 17h00 pour le lendemain. Il s'y engage! Tout va bien.

A 20h00, il rappelle. Il a trouvé! Mais bon... Comme c'est un dimanche et que ça n'a pas été facile, le chauffeur demande un petit bonus. H., stressé et se voyant déjà chez Avis le lendemain à l'aube pour chercher l'introuvable, répond qu'il est super content et accepte le tout en kit avec joie!


La suite prochainement...

12:53 Écrit par Rutabi dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

14/02/2008

La Trouvaille

 

 

P1050306_modifié-1

 

 

Ainsi, après avoir donné mon préavis et après qu'H. ait trouvé une merveilleuse locataire tombée donc à point nommé (pour ceux qui suivent), nous avons attendu un peu avant de revisiter d'autres lieux (une semaine, à tout casser! hum...)

Je me souviens avoir eu deux jours de congé que j'avais réservés pour ne faire que des visites...  J'ai donné pas mal de coups de fil, pris pas mal de rdv.  Certains étaient à reconfirmer, d'autres appartements étaient déjà loués, etc...

Un samedi, nous voilà arrivés dans un petit loft sympa en plein centre ville.  Nous y avions déjà placé dans nos têtes une petite cloison là, une garde-robe ici...  Et c'est l'esprit empli de ce genre d'images que nous en sommes sortis...  Il nous plaisait, certes, mais il fallait voir...  Sur le chemin du retour, coup de fil : ' Bonjour, c'est Isabelle de '...', je vous téléphone parce que je ne sais plus où on s'est donné rdv exactement, comme on doit voir deux appartements...

- ... ??? ... Heu...  Je pense me souvenir de vous mais je pense aussi que vous deviez confirmer le rendez-vous parce que je ne l'ai noté nulle part...

- ...  Ah...

- Ben oui, je me souviens...

- De fait, je suis désolée, j'ai complètement oublié de le confirmer.  Ceci dit, je suis à Bxl...  Si vous êtes dans le coin, on peut quand-même faire les visites si vous avez du temps.'

Bruxelles, pleine heure de pointe un samedi, je sens à ma gauche un conducteur passablement énervé.  Je conviens néanmoins de la rappeler dans la demi-heure pour lui dire où nous sommes et pour la rejoindre.

La première adresse était dans un commune 'de passage', que nous ne connaissions pas très bien.  Je me rappelle les photos de cet appartement et de cette petite fenêtre ronde dans la salle de bain, donnant sur une baignoire ancienne.  J'étais certaine que ça allait plaire à H.  De fait, il avait beaucoup aimé sur photos...  Arrivés dans la rue en question, nous nous sommes écriés en coeur 'Je ne voudrais pas habiter cette rue!'.  Difficile de se garer, quartier très animé.  Isabelle avait un peu de retard (forcément, elle devait garer sa nouvelle Fiat 500) et on a failli la rappeler pour dire que le quartier ne nous plaisait pas, qu'on annulait la visite. 

Assez dubitatifs devant cette porte cochère, nous voyons arriver Isabelle, pimpante, super dynamique et sympathique.  On ne lui dit rien, on entre.  Sitôt la porte fermée, nous sommes ailleurs, un autre univers, en somme.  Rien à voir avec la rue, ses bruits.  On sent tout de suite comme un havre de paix avec plein de bonnes ondes...  D'étonnement en étonnement, nous visitons en silence, limite bouche bée. J'entends un 'Je suis amoureux' dans le creux de mon oreille...  Je suis aux anges.  Puis... 'Mais oui, de toi c'est sûr, hein...  Mais je veux dire que je suis amoureux de cette appartement.  Il est pour nous, c'est sûr...'

Nous sommes grosso modo le 15 décembre...  Mon préavis prend cours ce mois en question pour se terminer fin février.  Je peux éventuellement prendre en charge un dédit d'un mois, mais pas plus...  Que faire?  Inévitablement, je repense à cette mésaventure d'Auderghem tout en pensant très fort au fait que c'était super de ne pas avoir eu cet appart.  Par contre... Celui-ci...

Voilà qu'arrive un monsieur, tasse de café à la main.  Les présentations se font.  Je pensais qu'il s'agissait d'un autre locataire.  En fait, non, c'est le propriétaire des lieux.  La maison appartenait à sa maman.  Il occupe juste l'arrière-maison et au fil de la conversation, nous apprenons qu'il vit et travaille à Paris.  Il ne rentre qu'un we/mois.  Quoi?  Toute cette maison pour nous la plupart du temps?  Oui, toute cette maison pour nous la plupart du temps.

Nous discutons un peu avec lui...  Il est très chouette, paraît nous apprécier.  Puis, il comprend un peu notre problème...  Je lui explique que malheureusement, financièrement, je ne pourrais pas me défaire de mon autre appartement avant AU GRAND PLUS TÔT le 15 janvier...  Il aquiesce.  Puis dit 'Ah, mais si vous voulez, vous pouvez le prendre même pour le 1er février, je ne suis pas à un mois de loyer'...

De toute évidence, et comme Isabelle nous l'a confirmé, il nous aimait bien.  Il avait décidé de nous faire confiance.  Pas une question sur notre situation financière, rien.  Il voulait juste bien attendre pour nous.

L'affaire était faite et quelques jours plus tard, nous signiions notre bail...


 

10:16 Écrit par Rutabi dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |